Emploi

Actiris

Actiris est le service public de l’emploi bruxellois. Le Forem et le VDAB sont ses équivalents wallon et flamand.

  • Missions : Actiris concentre son action et ses moyens autour de deux missions : le « matching » entre employeurs et chercheurs d’emploi et la transition vers l'emploi. Actiris s’engage dès lors à identifier, recueillir et satisfaire les offres d’emploi disponibles sur le marché du travail bruxellois et à proposer à chaque chercheur d'emploi bruxellois un accompagnement sur mesure vers l’emploi. Cet accompagnement implique, au besoin, l’orientation adéquate des chercheurs d’emploi vers l’ensemble des opérateurs d’emploi, de formation et d’insertion socioprofessionnelle existant à Bruxelles.

  • Public cible : Pour mener à bien ses missions, Actiris cible, d’une part, les chercheurs d’emploi bruxellois et, d’autre part, les entreprises actives sur la Région bruxelloise

  • Partenaires : Afin de réaliser au mieux ses missions. Actiris travaille en étroite collaboration avec un réseau de partenaires parmi lesquels Bruxelles Formation et le VDAB, les organismes d’insertion socioprofessionnelle, les centres publics d’action sociale, les employeurs, les agences d’intérim, les agences d’emploi privés, les bureaux de placement scolaires, …

  • Bases légales : Actiris, anciennement ORBEM, a été créé par la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux institutions bruxelloises. La sixième réforme de l’Etat votée en 2013 lui a conféré de nouvelles compétences telles que la gestion des plans Activa et Activa Start, les Articles 60, les conventions de premier emploi, la déduction groupe cible tuteur, les Agences locales pour l’emploi, les Bonus jeunes non-marchand, les Bonus de stage et de démarrage, l’Outplacement. La réforme prévoit qu’à terme, Actiris soit également compétent en matière de contrôle des chômeurs, d’allocation de stage et de formation  et de primes et compléments.

OISP

Les Organismes d’Insertion SocioProfessionnelle (OISP) sont des opérateurs associatifs luttant contre l’exclusion sociale et professionnelle des demandeurs d’emploi bruxellois. Ils les forment en les accompagnent pour leur permettre une insertion sociale et professionnelle durable. Les organismes d’insertion socioprofessionnelle mènent donc des activités de formation mais aussi des activités tournées plus spécifiquement vers l'emploi.

  • Missions : Les missions des OISP liées à l’emploi concernent, d’une part, l’accueil, l’information et l’orientation des demandeurs d'emploi qui souhaitent suivre une formation et, d’autre part, pour ceux qui s’y inscrivent, leur accompagnement socioprofessionnel et l’aide à la recherche d’emploi.

  • Public cible : Le public cible des OISP est constitué principalement de personnes n'ayant obtenu ni le certificat de l'enseignement secondaire supérieur ni un diplôme équivalent.

  • Partenaires institutionnels : Les activités de guidance et d’accompagnement que mènent les OISP font l’objet d’un conventionnement avec Actiris. Par ailleurs, une majorité des OISP bruxellois sont fédérés au sein de la FeBISP, la Fédération bruxelloise des organismes d'insertion socioprofessionnelle et d'économie sociale d'insertion.

  • Partenaires opérationnels : Des partenariats existent au sein même du dispositif ISP et certains OISP collaborent également avec d’autres associations afin de pouvoir accompagner au mieux les demandeurs d’emploi bruxellois.

  • Bases légales : Le dispositif d’insertion socioprofessionnelle est régi par le décret de la COCOF du 27 avril 1995 portant sur l’agrément des OISP et sur le subventionnement de leurs activités de formation professionnelle.

Missions locales

Les Missions locales sont des acteurs de l'insertion socioprofessionnelle qui offrent des services aux chercheurs d’emploi et qui impulsent des dynamiques nouvelles par la mise en oeuvre de nouveaux projets élaborés en partenariat avec des acteurs économiques locaux.

  • Missions : En parallèle aux missions qui leur incombent en tant qu’OISP, les Missions locales poursuivent également des missions qui leur sont propres : l’accompagnement des travailleurs sans emploi les plus éloignés du marché du travail et l’interface (collaborations sur des projets en matière d’emploi), l’animation de différents acteurs dans une logique de réseau et la prospection auprès de très petites entreprises.

  • Public cible : Il s’agit de chercheurs d’emploi particulièrement éloignés du marché de l’emploi en raison notamment de leur niveau de qualification ou de la durée de leur inscription comme demandeurs d'emploi.

  • Partenaires institutionnels : Dans le cadre de l’Ordonnance du 27 novembre 2008, les Missions locales sont conventionnées et financées par Actiris. La bonne exécution de l’Ordonnance qui régit en partie les Missions locales, est suivie par un organe de collaboration composé de représentants d’Actiris, de l’Administration de la Région bruxelloise, du Ministre en charge de l’Emploi ainsi que des Missions locales et de leurs pendants néerlandophones (les « Locale werkwinkels »). Dans le cadre de cette Ordonnance, les Missions Locales sont partenaires d’Actiris et interviennent dans des projets soutenus par le FSE. Par ailleurs, toutes les MLOC sont fédérées au sein de la FeBISP.

  • Partenaires opérationnels : Des partenariats spécifiques existent entre les acteurs locaux (autres OISP, associations, entreprises, …) et les MLOC.

  • Bases légales : Les missions propres des Missions locales sont régies par l’Ordonnance du 27 novembre 2008 relative au soutien des MLOC pour l’emploi et des Locale werkwinkels.

ILDE et EI

Les Initiatives locales de développement de l’emploi (ILDE), qui sont au nombre de 88 (dont 36 sont membres de la FeBISP) et les entreprises d’insertion (EI), au nombre de 20 dont 5 qui sont membres de la FeBISP, sont les deux statuts que peuvent prendre les structures de l’économie sociale d’insertion en Région de Bruxelles-Capitale:

Les ILDE sont des associations sans but lucratif qui produisent des biens et des services (à destination des habitants, des collectivités, des entreprises) en intégrant dans leur personnel d'exécution au moins 60% de travailleurs issus du «public-cible». Les EI sont des sociétés commerciales à finalité sociale qui doivent intégrer au moins 30% de travailleurs issus du «public-cible» dans leurs équipes de production.

Ces deux statuts vont de pair avec un financement régional, dédié à l’encadrement nécessaire aux missions d’insertion et de formation.

  • Missions : L’objet social de l'économie sociale d'insertion est de remettre en activité des personnes rencontrant des difficultés à s’insérer sur le marché classique de l’emploi. Les structures d’économie sociale d’insertion forment, encadrent, motivent et permettent aux chercheurs d’emploi d'acquérir une expérience de travail utile pour rebondir professionnellement. Les projets d’économie sociale d’insertion visent ainsi à résoudre des problèmes d’acquisition de compétences, d’accès à l’emploi, de cohésion sociale et de lutte contre le travail au noir.

  • Public cible : Sont considérés comme relevant du public cible des structures d’économie sociale d’insertion :

    • Les chercheurs d'emploi n'ayant obtenu ni le certificat de l'enseignement secondaire supérieur ni un diplôme équivalent et inoccupés depuis au moins douze mois ;

    • Les chercheurs d'emploi inoccupés depuis plus de soixante mois, quels que soit leurs diplômes éventuels ;

    • Les bénéficiaires du droit à l'intégration sociale ;

    • Les ayants droit à un autre type d’aide sociale financière ;

    • Les travailleurs employés dans le cadre d'un contrat de travail lié à l'activation d'une allocation de chômage ou du revenu d'intégration.

  • Offre : Les associations et entreprises d’économie sociale d’insertion proposent à leurs travailleurs d’acquérir des compétences dans différents secteurs. Parmi ceux-ci, la rénovation de logements, l’Horeca, le recyclage, les services aux personnes, les titres-services, l’informatique et les multimédias, le transport, le jardinage, l’événementiel, etc. En juin 2016, 108 structures d’économie sociale d’insertion étaient agrées par le Ministre de l’Emploi bruxellois.

  • Partenaires institutionnels : L’administration de la région de Bruxelles-Capitale gère l’agrément et le financement des structures d’économie sociale d'insertion. Par ailleurs, une trentaine d'ILDE et une dizaine d’EI bruxelloises sont fédérées au sein de la FeBISP, la Fédération bruxelloise des organismes d'insertion socioprofessionnelle et d'économie sociale d’insertion. Du côté néerlandophone, la FeBIO représente une vingtaine d’ILDE.

  • Partenaires opérationnels : Parmi les principaux partenaires, notons les CPAS (pour l’accompagnement des travailleurs articles 60) et Actiris (pour les mesures d’aide à l’emploi).

  • Bases légales : L’économie sociale d’insertion bruxelloise est légiférée par l’Ordonnance du 18 mars 2004.